Un Gatinois avec l’équipe canadienne de baseball junior

Entre 2005 et 2007, un jeune Phillippe Aumont a fait honneur à Gatineau en lançant avec l’équipe nationale junior de baseball du Canada. Il a fallu 14 ans avant qu’un autre Gatinois réalise l’exploit. L’attente s’est terminée mardi soir quand Robin Villeneuve a eu la confirmation qu’il allait accompagner l’équipe canadienne des moins de 18 ans en Floride pour y affronter l’équipe M18 des États-Unis dans une série de sept matches à compter de vendredi.

Lanceur gaucher et aussi joueur de premier but, Villeneuve venait de compléter un long camp de sélection de deux semaines à Ajax dans la région de Toronto. En 14 jours, il a pris part à une douzaine de matches intra-équipe avec les 38 meilleurs joueurs de baseball de moins de 18 ans au pays.

Il a connu bon camp. Au bâton, il a frappé pour ,316 en 38 présences au bâton, mais il a surtout frappé avec puissance. De ses 12 coups sûrs en 38 présences au bâton, sept l’ont été pour plus d’un but (six doubles et un coup de circuit). L’entraîneur-chef de l’équipe canadienne Greg Hamilton l’a toujours inséré au deuxième ou cinquième rang de son rôle des frappeurs. Villeneuve a marqué 11 points. Il en a produit sept autres.

«J’ai vraiment bien frappé. J’étais toujours le cinquième frappeur au début du camp, mais comme j’allais vraiment bien, il m’a placé au deuxième rang pour le reste du camp de sélection. Je savais que j’avais de la puissance au bâton, mais je ne savais pas que j’en avais autant. Dans les pratiques au bâton, j’ai sorti 18 ou 19 balles du parc. Il n’y a que deux autres joueurs qui en ont sorti plus», a raconté celui qui s’entraînait justement sur le terrain où Phillippe Aumont et l’équipe canadienne senior avaient remporté la médaille d’or aux Jeux panaméricains de 2015.

Le grand gaucher de 6’1’’ a aussi lancé trois fois durant les deux dernières semaines du camp canadien. Il s’est bien tiré d’affaire au monticule. En quatre manches, il n’a alloué que trois coups sûrs et un point mérité. Il a retiré quatre frappeurs au bâton, mais il admet avoir été mal en point lors de sa dernière sortie mardi.

«Je me suis blessé à un pouce pendant que j’étais au bâton. Il est un peu enflé et j’ai des ampoules partout sur ma main gauche! Les deux dernières semaines n’ont pas été de tout repos. Nous avons été sur le terrain six heures par jour (entraînements et matches) et il a fait très chaud», a dit celui qui fait partie des 32 joueurs qui prendront le chemin de Bradenton en Floride pour affronter les Américains dans le complexe d’entraînement des Pirates de Pittsburgh.

Équipe américaine puissante

La formation américaine est solide. Son alignement a de quoi donner le vertige.

«Les Américains sont pas mal les meilleurs au monde. Ils ont entre cinq à 10 joueurs qui seront sélectionnés au premier tour du prochain repêchage du baseball majeur. Ils ont aussi les deux joueurs projetés pour être repêchés aux deux premiers rangs du repêchage suivant.»

L’ancien du programme sports-études de la polyvalente Nicolas-Gatineau s’attend à jouer au premier but ou à être frappeur désigné durant cette série internationale. Il pourrait lancer un peu aussi.

«Je vais sûrement lancer, mais pas aussi souvent que nos lanceurs à temps plein. J’ai vraiment appris beaucoup dans les deux dernières semaines. J’ai réalisé que j’avais ma place parmi l’élite du baseball junior au pays. J’ai hâte d’arriver en Floride. Je sais que le défi sera relevé. Je vais sûrement être un peu stressé au début. Il y avait des dépisteurs du baseball majeur à Toronto, mais ils seront beaucoup plus nombreux en Floride.»

À 14 ans, Villeneuve avait fait le choix déchirant d’abandonner le hockey pour se concentrer sur le baseball.

Trois ans plus tard, quand on lui a remis son uniforme unifolié, il a compris que le sacrifice en valait le coût.

«Je pense que j’ai pris la bonne décision. C’est vraiment cool tout ce qui se passe depuis deux semaines!»